vendredi 23 juin 2017

Chronique : la volonté du Dragon




Lionel Davoust
Auteur francophone, voir le site
Editions Critic
Fantasy
13€
165 pages


Bon  au final, le mois de juin est devenu un mois consacré à Lionel Davoust ! Après avoir lu Port d'Âmes et La Route de la Conquête, je me suis plongée dans La Volonté du Dragon. Oui, j'ai tous ses livres dans ma bibliothèque, prêts à être lus. On est fan, ou on ne l'est pas ;) 

La Volonté du Dragon se situe lors de l'apogée de l'Empire d'Asrethia et se déroule quelques décennies avant la novella de La Route de la Conquête. Nous retrouvons donc Stannir Korsova alors qu'elle secondait le Généralissime de l'époque. Elle est plus jeune, moins réfléchie, plus formatée par l'armée... tout comme l'est sa propre aide de camp dans La Route de la Conquête. On ne la voit finalement que très peu, c'est un personnage secondaire. 

Dans ce court récit, nous suivons le Généralissime qui débarque avec toute sa force et son sentiment du supériorité. Pour connaître mon ressenti sur cet Empire et ses méthodes, je vous invite à lire mon avis sur La Route de la Conquête. L'homme se confronte donc à un dirigeant étrange, un enfant qui semble perdu dans son monde, épaulé par un gouverneur. L'invasion va se jouer autour d'une table, un peu à l'image d'un jeu d'échec. Une façon bien cruelle d'envisager les choses puisque sur le terrain, la bataille navale implique de véritables êtres humains qui meurent.

Justement, sur les bateaux, nous découvrons un aspirant artech attendrissant, dont on partage aisément la peur de se retrouver au combat et de devoir être responsable de tant de vie. Nous faisons connaissance avec l'amiral, un personnage qui inspire peu de sympathie, à l'inverse du capitaine, mais dont il faut reconnaître les compétences de stratège. 

On pourrait croire qu'il ne se passe pas grand-chose et que l'histoire va être vite réglée, mais des rebondissements et les différents points de vue nous maintiennent en alerte. Le vent tourne vite et il s'avère très difficile de deviner qui des asriens (envahisseurs) ou des Qhmarri vont l'emporter. Certaines scènes sont difficiles à supporter, c'est la guerre et c'est bien moche.

Grâce à ce petit roman, j'ai eu des réponses à certaines interrogations soulevées pendant ma lecture de La Route de la Conquête, en particulier sur l'état d'esprit des peuples confrontés à l'Empire. Les Qhmarri posent les mêmes questions que moi au sujet de la démarche abusive et violente de l'Empire sous couvert de pacifisme. 

La fin est amère à bien des égards. Définitivement, je n'aime pas du tout cet Empire, même si je dois bien avouer qu'il est redoutable. Par contre, ne vous méprenez pas, j'ai aimé ma lecture !

Ma note :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire