lundi 12 juin 2017

Chronique : La Route de la Conquête




Lionel Davoust
Auteur francophone, voir le site
Editions Critic
Fantasy
19€
347 pages


J'ai reçu ce roman dans le cadre d'un service presse pour "Le mois de", rendez-vous organisé par le blog Book en Stock tenu par Dup et Phooka. Pour en savoir plus sur "le mois de" dédié en juin à Lionel Davoust, je vous invite à lire mon article de présentation ou bien à vous rendre directement sur le blog :) 

La Route de La Conquête se déroule avant les événements de Port d'Âmes. Néanmoins, je trouve que l'avoir lu après m'a permis une meilleure immersion et compréhension dans le monde d'Evanégyre. En outre, d'avoir assisté à la conférence autour de cet univers aux Imaginales m'a également bien servi pour saisir les subtilités développées ici. Car comme tous les livres de Lionel, la Route de la Conquête est exigeant et demandera toute votre attention. Les liens avec Port d'âmes, la Volonté du Dragon (en cours de lecture) et potentiellement La messagère du Ciel (son dernier roman, dans ma PAL) sont vraiment intéressants.

En quelques mots, le livre est constitué d'un court roman, La Route de la Conquête et de 5 nouvelles qui se déroulent à des époques différentes. Toutes ont un rapport avec la guerre et en particulier la conquête de l'Empire d'Asrethia. Deux émotions m'ont accompagnée durant toute ma lecture : de la tristesse et de la colère. J'ai été très en colère contre cet Empire, un reflet de ce que notre propre monde a fait et fait encore d'ailleurs. Sous prétexte de détenir les clés de la technologie et du progrès, de savoir combattre la maladie et de vouloir unifier les peuples, l'Empire conquiert et soumet, par la force si les peuples ne voient pas à quel point ils ont besoin de l'Empire. Attention, l'Empire est magnanime car il met en place un système de Conservation des terres et des traditions, les peuples sont soumis mais conservent leur identité. La question qui se pose est : jusqu'à quand ? Car une fois la technologie installée, comment conserver ses traditions ancestrales ?

Nous suivons donc plusieurs missions de "soumission" où les différents guerriers de l'Empire se heurtent à des peuples qui posent problème : le premier n'a aucune hiérarchie et vit en harmonie avec sa terre sans notion de propriété. L'empire peut faire ce qu'il veut, personne ne l'arrêtera. Sauf que l'Empire a quand même besoin d'un ambassadeur et de créer des villes pour se justifier. La situation tourne à l'absurde : les guerriers sont prêts à massacrer tout le monde alors qu'en face le peuple leur dit "allez-y prenez les ressources que vous voulez, on s'en fiche". Le problème n'est donc pas qu'une question de ressource mais bien de conquête, d'assimilation et de soumission.

Nous avons aussi des nouvelles qui se font écho ce qui les rend d'autant plus puissantes, en particulier Au-delà des murs (qui m'a fait penser à Shutter island... où est la vérité, où est l'illusion, la question reste entière jusqu'à la fin) et Bataille pour un Souvenir. Il y a de nombreux liens avec Port d'Âmes dont les prémisses du transfert qui est ici exploité d'une autre manière. 

Il y a aussi un paradoxe entre la mission de Conservation des traditions des peuples soumis et l'étrange utilisation de la mémoire qui est faite par le peuple du Hiéral avec ses Guerriers-mémoires qui utilisent les souvenirs pour se battre. Cela a rendu la nouvelle Bataille pour un Souvenir extrêmement poignante à mes yeux. 

Globalement, le lecteur n'est pas épargné par les horreurs de la guerre. On y rencontre des soldats aveuglés par les ordres et leur foi envers leur Empire  et sa toute puissance (coucou Méléanth Vascay !) mais heureusement aussi des dirigeants intelligents, réfléchis et expérimentés, à l'image de Stannir Korsova, héroïne de la Route de la Conquête. J'ai aimé suivre tous ces personnages différents qui connaissent des destins parfois tragiques. D'où mon ressenti de tristesse à cette lecture. On ne sait souvent pas grand-chose d'eux, on les croise pour quelques pages et pourtant ils vous marquent et vous vous y attachez.

Au travers de ses livres, Lionel Davoust nous dépeint plusieurs époques d'un même monde. Ici nous sommes à l'âge d'or de l'Empire, mais la dernière nouvelle du roman, Quelques grammes d'oubli sur la neige, nous prépare déjà au prochain âge, développé dans la nouvelle trilogie Les Dieux Sauvages. Port d'Âmes, lui, se situe bien plus tard. L'auteur tisse avec brio une toile entre ces époques radicalement différentes grâce à des liens qui vous donnent envie de savoir comment les choses ont pu se dérouler dans le passé ou alors comment justement elles vont évoluer dans le futur. 

Encore une fois, je ne sais pas si ma chronique peut retranscrire la complexité et la richesse de l'univers développé par Lionel. N'ayez crainte, car cette complexité ne rime pas avec lourdeur et incompréhension. La plume est fluide, poétique et les pages défilent. Ces romans demandent juste une attention plus accrue et une volonté de s'ouvrir à la réflexion et la remise en question. Car la grande question qui ressort de ce roman, à mes yeux, est la suivante : l'Empire a-t-il raison ou tort de vouloir propager le progrès au monde entier pour le sauver, le protéger et l'aider à s'élever ? 

Ma note :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire