samedi 11 août 2018

Chronique : Arena 13 T2 : la Proie



Joseph Delaney
Traduction : Sidonie Van den Dries
Bayard
Jeunesse
15,90 €
463 pages

Après un premier tome introductif très intéressant, nous retrouvons notre héros, Leif, parti passé quelques mois dans la famille de son père, le peuple Genthaï. Cela démarre d'ailleurs sur les chapeaux de roue ! Les liens avec le premier tome sont bien faits, avec des rappels bien placés, ce qui est appréciable quand, comme moi, on a oublié beaucoup de choses. On replonge donc très vite dans cet univers.



Le peuple des Genthaï est intéressant, même si leur rituel est absolument affreux. Décidément, ce monde est très cruel mais je suis étonnée par la passivité des gens. "Oh nos petites filles se font bouffer vivantes par des espèces de loups mais c'est la tradition alors bon..." mouais. Bon, au moins, dans ce tome on découvre que notre Leif n'est pas le seul à se bouger les fesses pour faire changer les choses.


Dans ce tome, on en apprend plus sur le contexte. J'avais complètement oublié que ce pays était sous une bulle et que le reste du monde était contrôlé par les Djinns. Alors que d'ordinaire les tomes 2 ralentissent le rythme, ici, on continue d'avancer et de se battre. Tout au long du roman nous allons être emplis d'espoir quant à la quête de Leif, à savoir tuer le djinn Hobb qui terrorise la ville de Gindeen. De nouvelles pistes sont explorées et on se prend au jeu... à nos risques et périls ! Car comme Joseph Delaney nous l'a bien appris avec l'Epouvanteur : rien ne se passe jamais comme prévu !


L'entraînement de Leif s'accentue, les dangers se multiplient. Malgré l'ambiance difficile, j'ai aimé voir que notre jeune héros gardait sa naïveté et son côté puéril, surtout en ce qui concerne Kwin pour qui il fonce toujours tête baissée. Il reste toujours agréable à suivre, assez différent de Tom de l'Epouvanteur même si tous les deux partagent un grand courage et une propension  à n'apprendre qu'à travers leurs erreurs. La plupart des personnages sont attachants et/ou intéressant, notamment les nouveaux à l'image d'Ada. Il n'y a que Kwin que je n'arrive toujours pas à apprécier. Elle continue de dragouiller notre héros et de l'embarquer dans des aventures qui ne lui attireront que des ennuis. À chaque fois, Leif risque de perdre sa place (quand ce n'est pas sa vie) mais elle s'en fout complet car elle ne pense qu'à elle et à son objectif. Surtout qu'elle ne risque en général pas grand chose vu sa position sociale. 

À la lecture du 4ème de couverture je m'étais attendue à certains rebondissements qui n'ont pas eu lieu. Tant mieux car ceux qui sont inattendus sont encore mieux que ce que j'imaginais. Je ne peux pas trop vous en dire au risque de vous spoiler, néanmoins le lecteur tout comme les personnages ont quelques ascenseurs émotionnels !

En conclusion ce fut une sympathique lecture entraînante, dépaysante, forte en espoirs et désillusions. J'attends avec impatience le troisième (et dernier ?) tome de cette saga et surtout... le réveil des lacres !




Ma note : :star::star::star::star::star-half:

samedi 4 août 2018

Chronique : La Tapisserie de Fionavar T2 le Feu Vagabond


Guy Gavriel Kay
Traduction : Elisabeth Vonarburg
Pygmalion
Fantasy
21,50 €
319 pages

Le résumé détaillé du premier tome a été fort apprécié avant d'entamer la lecture de ce deuxième tome, même si le résumé en lui-même est assez indigeste tant il y a de noms à se remémorer (prénoms, villes, pays, deuxième nom des héros, titre, artéfacts etc.) Heureusement il y a toujours un index des noms des principaux personnages qui facilite ensuite la lecture. 

J'ai retrouvé avec plaisir nos 5 jeunes canadiens. Alors que le premier tome avait mis en place doucement les différentes pièces de l'intrigue, tout s'accélère ici et on voit que tout est cohérent et s'imbrique parfaitement dans la trame conçue par l'auteur.

J'ai eu une lecture en demi-teinte. J'ai été agréablement surprise par certains événements et de voir que justement des choses obscures du premiers tomes trouvaient leur place désormais. Néanmoins, l'auteur choisit d'introduire des éléments de la légende arthurienne. J'y vois deux problèmes. Premièrement je n'aime pas cette légende. Bon ceci est purement personnel mais Arthur, Morgane, Guenièvre, Merlin & co c'est vu, revu et re-revu. Ce roman date et remonte à l'époque où justement on en soupait partout du Arthur donc ce n'est pas trop étonnant. Le deuxième point c'est surtout que ce roman n'en avait pas besoin ! La mythologie du monde de Fionavar est déjà si riche (un peu copiée sur Tolkien parfois), pourquoi s'embêter à tout compliquer avec cette légende ? Elle n'a rien à faire là à mes yeux. Autant, Arthur seul aurait pu passer car il a un rôle précis, très intéressant pour le coup et charismatique, mais nous rajouter une Guenièvre cachée derrière une des filles qui se rappelle pif paf pouf comme ça de son passé ça ne m'a pas du tout plu. D'autant que cette personne à part entière était suffisamment intéressante et fouillée en soi. Cela n'apporte rien, sauf une tragédie de plus à venir car comme ils nous l'ont assez bien répété, qui dit Arthur et Guenièvre, dit Lancelot et trahison. Bref, cela m'a bien ennuyé.

Mon deuxième reproche concerne la manière de l'auteur de nous révéler des éléments de l'intrigue. Nos 5 jeunes  sont dans le flou, puis d'un seul coup ils ont la révélation, ils savent tout sur tout et comprennent ce qui va se jouer... sauf qu'ils ne le partagent pas avec le lecteur qui doit attendre que l'auteur dévoile enfin ses intentions. Une fois ça passe, mais dans ce tome cela arrive trop souvent et c'est un peu lassant à force. Cela donne aussi une impression de bâclé parfois car si les personnages savent depuis longtemps qu'ils vont faire telle action, le lecteur lui ne le sait pas et la découverte tombe comme un cheveu sur la soupe. L'exemple le plus flagrant étant Kim et l'amant qu'elle se choisit. Pourquoi ? Il n'y avait aucun indice, aucune alchimie, rien qui laisse paraître que ce choix est cohérent. 

Finalement dans ce tome j'ai donc préféré les personnages issus de Fionavar plutôt que nos canadiens. Les deux frères Ailéron et Diarmuid sont d'excellents personnages, les Dalreï sont intéressants à suivre, les rivalités entre rois aussi et même la prêtresse Jaelle devient moins agaçante au fur et à mesure qu'elle se dévoile. Les dieux interviennent aussi de plus en plus et la mythologie (hormis l'incartade arthurienne qui, je l'avoue, permet quand même de relier Fionavar au reste des univers) se développe aussi. Globalement j'ai aimé suivre tous ces personnages et j'ai été triste quand l'un d'entre eux est mort (bon là aussi, lui a tout compris juste le pourquoi il devait mourir comme ça, 5 minutes avant). La maîtrise de l'auteur sur son univers et son intrigue est remarquable et donne envie de lire ses autres romans.

Malgré tout cette lecture a été agréable et je suis curieuse de savoir comment cette trilogie va se conclure !





Ma note : :star::star::star::star-half::star-empty:

dimanche 29 juillet 2018

Chronique : La Magie de Paris T3 Ici et Ailleurs


Olivier Gay
Auteur francophone (voir la page facebook) 
Castelmore
Young Adult, fantastique
14,90 €
277 pages


À l'instar des autres tomes, j'ai dévoré ce livre ! Je suis au final bien contente d'avoir attendu que toute la série soit publiée comme ça je n'ai pas d'attente entre les tomes. Comme avec tous les autres romans de l'auteur, on souhaite que la série ne se termine pas. L'univers et les personnages sont tellement intéressants qu'on aurait pu s'attarder pendant plusieurs tomes... mais j'en conviens, l'intrigue en aurait pâti car il y avait urgence pour nos héros d'agir. 

Je suis très contente car les réponses ne sont pas celles auxquelles on aurait pu s'attendre. Les explications sur l'origine de la Magie et son utilisation par les mages et Mikael sont aussi originales que bien travaillées. J'ai beaucoup aimé me trouver de "l'autre côté". Comme dans le Noir est ma Couleur, l'auteur tient à nous montrer que rien n'est ni noir ni blanc et que les gentils sont parfois plus cruels que lesdits méchants. 

On a de nombreux rebondissements, des révélations aussi, des morts également. L'ambiance est clairement plus sombre comparée aux deux précédents tomes même si bien sûr nous avons des touches d'humour pour détendre l'atmosphère. Les questions sont plus adultes, l'enjeu est très sérieux aussi et la vie de nos héros est sans cesse menacée. 

Tous nos personnages évoluent, Nour prend ici enfin de l'importance car jusque-là elle ne servait qu'à ancrer Chloé dans le monde normal mais cela commençait à la faire passer pour un boulet et une copine casse-pied. Je suis contente que l'auteur lui ait ainsi donné sa chance. Chloé continue d'être une héroïne au top ; Thomas continue de nous montrer qu'il est très fort en magie et un type adorable ; Cassandre se dévoile aussi, on la découvre sous un autre jour (mais ses épreuves n'excusent en rien son comportement, soyons clairs) ; Mikael reste un connard. Il n'y a que David qui malheureusement n'évolue pas plus. Il s'est déridé assez vite pour accepter Chloé mais depuis la moitié du 2ème tome, il stagne à l'inverse des autres. 

Je suis obligée de spoiler, passez au paragraphe suivant si vous ne voulez pas connaître le choix amoureux de Chloé ^^ J'ai été déçue de ce choix car je suis pour la team David depuis le départ et je voyais d'ici les complications intéressantes crées par le lien télépathique que Chloé et Thomas partagent. Chloé nous présentait David comme le type parfait dès le départ mais à mes yeux il a beaucoup de défaut aussi justement, sa froideur, son manque d'empathie, d'humour ou d'initiatives. C'est pourquoi je l'attendais au tournant avec une belle évolution. Cela n'a pas été le choix de l'auteur et du coup c'est vers Thomas que Chloé se tourne. Alors attention, Thomas est génial, c'est un garçon adorable, intelligent et très drôle mais depuis le départ, malgré quelques rapprochements plus gênants qu'autre chose, je n'ai nullement ressenti d'attraction entre eux. Ils ont une super complicité en revanche et j'ai cru à un moment que Chloé et David partageaient aussi un début de complicité. Le chemin choisi par l'auteur devient définitif au milieu de ce tome 3 même si j'ai eu l'impression que Chloé ne savait pas trop pourquoi. Au final, même si je suis déçue je comprends ce choix et comme Thomas est un gars super c'est tout aussi bien pour Chloé. 

Cela n'a pas entaché longtemps ma lecture, cette série est géniale : dynamique, drôle, enthousiasmante, pleine de suspense et de rebondissements. Rires et émotions ont ponctué ma lecture et toutes nos questions ont trouvé des réponses satisfaisantes. Comme je l'ai dit au départ, j'aurais pu suivre nos héros encore pendant longtemps, preuve que cette série est une réussite ^^ Elle n'a pas détrôné le Noir est Ma Couleur mais elle a su trouver sa place et me confirme que je peux suivre cet auteur les yeux fermés ;) 

Donc, oui, évidemment je vous la conseille !!

Ma note : :star::star::star::star::star-half:

mercredi 25 juillet 2018

Chronique : Dollhouse T1 Le carrousel éternel



Anya Allyn
Traduction : Fiona Martino 
Chat Noir
Young Adult, fantastique
19,90 €
296 pages


J'avais vraiment bien aimé Ephemeral Lake de cette autrice, traduit également aux Éditions du Chat Noir (voir ma chronique), du coup je n'ai pas hésité à la suivre dans cette autre série qui en plus me semble plus sombre. 

J'ai donc retrouvé la plume d'Anya Allyn, immersive, entraînante et efficace. Difficile de savoir si les différences de style que j'ai senties (moins poétique, plus incisives) sont dues au changement de traducteur ou bien au fait que de base l'autrice a modifié son style pour cette nouvelle série. En tout cas c'est toujours un régal à suivre. A part quelques soucis de mises en page au début et le choix de ponctuation pour les dialogues un peu déroutant, l'intérieur est très soigné et agréable. La couverture de Mina M. est aussi magnifique et contribue activement à nous faire acheter ce roman !

Anya Allyn nous mène encore une fois bien en bateau avec cette histoire. Elle brouille les pistes, laisse le lecteur émettre ses hypothèses avant de révéler ses réponses. Le quatrième de couverture ne laisse pas du tout imaginer ce qui se passe réellement dans cette fameuse maison. J'étais partie sur des trucs différents et j'ai donc été surprise de connaître le fin mot de l'histoire (enfin il y a encore plusieurs tomes mais nous avons déjà beaucoup de réponses). 


Globalement, j'ai retrouvé des personnalités assez semblable à Ephemeral Lake. La plupart des ados sont gentils, et pas caricaturés, néanmoins cela me donne une impression d'inachevé, comme si l'autrice n'était pas allée au bout de son idée de personnalité. Je m'explique. On nous présente Cassandre au départ comme une nouvelle élève qui a quitté Miami où elle était une sacré fêtarde avec ses amies (Cordelia Chase, sors de ce corps XD). Du coup on s'attend à un gros décalage entre ses anciennes amies dont elle nous parle et ses nouveaux amis australiens campagnards. Finalement il n'en est rien, le background construit sur sa vie à Miami ne sert à rien du tout, du moins dans ce tome là. Cela manquait de cohérence. De la même manière, on nous dit qu'Ethan cache une part d'ombre et de violence qui n'est pas vraiment exploitée non plus. A l'inverse Aïcha est très réaliste avec ses défauts et erreurs d'adolescente aussi agaçants que compréhensibles, pareil pour Lacey. Au final, cela nous donne des jeunes assez sympathiques mais sans de réels traits de personnalité originaux. Il n'y a que Jessamine qui sort du lot, même si on doit attendre longtemps avant de comprendre ses motivations.

Mais de manière générale ces aspects ne m'ont pas empêché de m'identifier à eux, de me projeter à leur côté et de ressentir leur détresse ou leur colère. En dépit de leurs personnalités, toute l'intrigue et leurs réactions sont bien pensés et menés de manière intelligente. 

L'aspect claustrophobe et l'impuissance de nos héros à pouvoir s'échapper sont bien retranscrits. J'ai aimé l'ambiance sombre et glauque, même si on reste sur un ouvrage young adult. Comme pour Ephemeral Lake, malgré les horreurs et la dureté des événements qui touchent ces jeunes gens, j'ai ressenti cette pointe de mélancolie, de tristesse, de bienveillance à la base qui est détournée pour donner quelque chose de plus sombre. C'est vraiment cette ambiance très particulière qui pour moi caractérise cette autrice.

La fin est étonnante et audacieuse. Pleine d'espoir et en même temps très dure. Cela donne indubitablement envie de lire la suite ! Anya Allyn est une autrice à suivre qui propose des romans différents dans la sphère du young adult.



Ma note : :star::star::star::star::star-half:

mardi 17 juillet 2018

Chronique : la Magie de Paris T2 Le calme et la tempête


Olivier Gay
Auteur francophone (voir la page facebook) 
Castelmore
Young Adult, fantastique
14,90 €
313 pages


Après avoir dévoré le premier tome (chroniqué ici) et regretté amèrement de ne pas avoir pris la trilogie entière aux Imaginales 2018, j'ai commandé illico presto la suite. La Magie de Paris, c'est le genre de série que je ne peux pas distiller dans le temps comme je le fais pour les Aventuriers de la Mer par exemple (quelque chose que mes proches ne comprennent pas d'ailleurs XD). Il me fallait la suite et il me la fallait tout de suite. C'était une question de vie ou de mort (enfin presque).

Je vais essayer de ne pas vous spoiler l'intrigue de ce deuxième tome, surtout en ne vous révélant pas le grand rebondissement de la fin du tome 1 qui était juste génial. Ce tome recèle encore plus d'humour avec des situations et des répliques où j'ai encore plus gloussé (si, si). Je me demande si Olivier Gay n'était pas une femme dans une autre vie car certaines scènes et pensées m'ont paru tellement familières. Je me suis revue à mon adolescence (ou même après), à avoir les mêmes réflexions, les mêmes espoirs que Chloé. Mention spéciale à la scène du "toucher de doigt" si criante de vérité, j'ai vécu la même chose comme bon nombre de jeunes filles j'imagine. Bref, chapeau pour les descriptions et pour la facilité avec laquelle le lecteur s'identifie à Chloé. Bon, je suis une fille, je me demande si c'est pareil avec un public masculin. 

Chloé est donc toujours aussi attachante et combattive. On ne peut que lui souhaiter de trouver une solution à son problème et de trouver l'amour aussi, ne nous cachons pas. Elle n'est cependant pas épargnée et ses défauts sont aussi mis à nu dans cette suite. A l'instar de n'importe qui, elle n'est pas exempte de défauts. David est toujours aussi sexy et disant cela je passe pour une couguar... disons même que je frôle le détournement de mineur. Hum.  Il commence à se dérider et à s'émanciper un peu dans ce tome, ses habitudes étant bousculées par l'arrivée de Chloé. Mais on sent qu'il y prend lui aussi du plaisir, bien qu'exprimer des émotions ne fasse pas trop partie de son répertoire. 

Thomas est de plus en plus intéressant aussi. La révélation de fin de tome 1 ne concerne pas que Chloé. On se rend compte que c'est un garçon sensible et doté d'une forte puissance magique.  Son lien très fort avec Chloé est primordial dans ce tome et est également prétexte à des scènes plutôt... gênantes (bizarrement, souvent pour Chloé !). Cela contribue à créer un triangle amoureux entre Chloé, Thomas et David, même si ce triangle n'a rien de classique et n'est pas du tout ennuyeux, de mon point de vue en tout cas. Une quatrième personne aperçue à la fin du premier tome vient semer la zizanie, j'ai nommé Cassandre, la Mage de David. Cette fille est tout bonnement insupportable et je rêve que quelqu'un lui fasse fermer son clapet. Il n'empêche qu'elle est forte, franche (trop pour notre bien) et que nos personnages ont besoin d'elle.

Niveau intrigue, en cherchant une solution au problème de Chloé, Thomas et elle vont déterrer des cadavres de l'ordre de magie, ce qui ne va pas plaire au dictateur chef Mickael. Mais au lecteur, par contre, ça lui plait ! C'est assez frustrant de devoir attendre à chaque fois que Chloé et Thomas aient terminé leurs cours et aient semé les amies envahissantes de Chloé (et leurs chaperons aussi) pour en apprendre plus... mais c'est aussi ce qui fait le charme du roman et qui l'ancre dans notre monde autant que dans le registre de la jeunesse. Mais du coup la seule chose qu'on veut leur dire c'est "bordel, séchez vos cours !" ce qui n'est pas le meilleur exemple à donner aux jeunes lecteurs, vous en conviendrez. C'est aussi ce qui rend le suspens plus haletant et fait de ce tome un véritable page turner comme on dit.

Sans vous spoiler, on continue ici à se poser des questions encore plus poussées sur les Goules. Enfin, le lecteur s'en pose un peu plus que nos héros, ce qui est assez normal puisque nous avons plus de recul (et pour ma part des années de Melrose Place... je devine l'entourloupe ! ). Il faudra néanmoins attendre le dernier tome pour avoir toutes nos réponses. En tout cas, ce deuxième livre se termine sur un nouveau rebondissement de fou. Bien sûr je me suis jetée sur la suite et j'ai dû me faire violence pour ne pas tout lire d'un coup et me coucher à 4h du mat. 

En conclusion, un deuxième tome qui réussit le pari d'être meilleur que le premier, la preuve c'est un coup de cœur ! Encore plus d'humour, d'action, de sentiments et d'aventures, cette lecture palpitante a été un régal. Les relations entre les différents personnages sont aussi le point fort de ce roman. L'auteur maîtrise cet aspect, ce n'est pas nouveau et c'est toujours aussi agréable de suivre ses personnages grâce à cela.

Ma note : :star::star::star::star::star:

jeudi 12 juillet 2018

Chroniques : Les soeurs Carmines T2 Belle de gris


Ariel Holzl
Auteur francophone, voir le site internet
Mnémos
Urban fantasy
17 €
265  pages

Après ma magnifique découverte du premier tome, le Complot des Corbeaux, j'ai patiemment attendu les Imaginales 2018 afin de me procurer le deuxième tome. En plus d'être doué, Ariel Holzl est très sympathique et il a l'air si gentil alors que des personnages comme Tristabelle et Mr Nyx sortent de son cerveau... c'est inquiétant au final ^^ 

Je savais que Tristabelle était notre narratrice cette fois et vu que c'était mon personnage préféré (bien que les deux autres sœurs soient géniales aussi), je me disais donc que c'était couru d'avance. Et je ne m'étais pas trompée car c'est un vrai coup de cœur. Si, si !

Commençons par ma seule déception : point de journal de Dolorine ! L'auteur nous avait prévenu sur Book en Stock (si je ne dis pas de bêtise) donc ce n'était pas une surprise et sachant que le troisième tome se concentre sur Dolorine ce n'est pas grave, mais du coup Mr Nyx m'a manqué même si on l'aperçoit bien sûr. Les incursions de Dolorine aussi m'ont manqué mais à vrai dire, être dans la tête de Tristabelle était tellement génial que cela n’entache en rien mon coup de cœur !

L'intrigue nous avait laissé avec un avenir incertain pour Merryvere et il faudra littéralement arracher les infos à Tristabelle pour en savoir plus sur sa sœur. Quant à notre héroïne du jour, elle fera tout pour assister au bal de la reine et cela ne sera pas sans quelques rebondissements plutôt... sanglants. J'ai beaucoup aimé que Tristabelle s'adresse directement au lecteur, comme si nous n'étions qu'une voix dans sa tête, cela permet plus de liberté dans l'écriture mais aussi de nous impliquer davantage.

Est-ce que j'ai aimé être dans le subconscient narcissique, froid, hautain, lapidaire et psychotique de Tristabelle ? J'ai a-do-ré ! Tristabelle, on a envie de lui ressembler pour toutes les libertés qu'elle s’octroie, un peu comme Sheldon de The Big Bang Theory : pas de conventions sociales, on dit ce qu'on pense et on envoie chier tout le monde avec charisme et assurance. D'un autre côté, lorsqu'on est doté d'un minimum de conscience, d'empathie et de compassion... c'est impossible de cautionner ses actions. Pourtant, notre Tristabelle est si attachante à sa façon. Bref, c'est mon idole, vous l'aurez remarqué !

On a beau être dans la jolie tête de Tristabelle, on va parfois suivre d'autres personnages, en particulier Merryvere qui est toujours aussi maladroite et attachante aussi. Ses aventures continuent à leur manière et ça m'a fait plaisir de pouvoir la suivre ainsi. On en apprend également plus sur la famille de nos trois sœurs car leur mère est revenue vivre avec elles, avec un nourrisson sur les bras. Cela nous permet de mieux comprendre Tristabelle. D'ailleurs, à un moment, on nous révèle ses origines et donc sa nature (que je cacherai ici). Je vous avoue avoir eu peur que l'auteur ne s'en serve comme excuse pour expliquer le comportement psychopathe de Tristabelle... mais non. Cela explique certaines choses, mais pas tout. Je loue vraiment son habilité, ses contre-pieds et ses rebondissements qui réussissent à être à la fois loufoques et cohérents.

 Je ne peux pas parler de ce tome sans parler d'Eddie. Mais je ne peux pas trop vous en dire non plus sans spoiler. J'ai beaucoup aimé ce personnage, pour ce qu'il est et pour ce qu'il apporte à Tristabelle aussi. J'ai aimé son intégrité, sa répartie, son efficacité, sa naïveté aussi face aux actes et l'absence de culpabilité de Tristabelle. Je ne pensais pas que l'auteur irait sur le terrain sur lequel il s'est aventuré mais j'en ai été plus que ravie. Je n'en dis pas plus pour vous laisser la surprise.

Même si les chaque tome suit chacune des trois sœurs, les intrigues restent liées. Ainsi, ce qui est arrivé à Merryvere dans le premier livre continue de la poursuivre et d'atteindre sa famille dans le tome suivant. Et j'espère que ce qui arrive à Tristabelle ici sera également exploité dans le troisième et (snif) dernier tome.  Ce lien est très appréciable mais par contre il vous oblige à lire les romans dans l'ordre (mais croyez moi c'est loin d'être une torture !)

La fin... que dire de la fin. J'ai failli pleurer. Et si ! Alors que l'espoir montait peu à peu au fil des pages, que Tristabelle évoluait et que je sentais l'entourloupe... bim tout s'écroule. Honnêtement, en commençant le roman, vu l'absence d'empathie de Tristabelle, je ne m'attendais pas à ressentir autant de sentiments. J'ai été agréablement surprise, même si la tristesse fait parie desdits sentiments...

En conclusion, ce roman est un coup de cœur. Ma lecture a été délicieusement décalée et mordante. J'ai adoré du début à la fin et j'aime encore plus Tristabelle qu'avant. Je vais presque pouvoir rejoindre sa longue liste de soupirants ! On est loin des clichés et loin des intrigues qui sont devinées au bout de deux pages. J'ai été surprise, j'ai rigolé, j'ai tremblé, j'ai donc presque pleuré et j'ai été surtout emportée à 200% dans cet univers et dans la tête de Tristabelle. Encore un livre que je n'ai pas lu, mais vécu à part entière. Et encore un auteur francophone que je pourrais suivre les yeux fermés dans ses prochaines aventures éditoriales (surtout qu'il m'a parlé d'un projet avec un cannibale !)

Mention spéciale aux extraits des futurs tomes qui se trouvent à la fin de chaque roman et qui donnent encore plus envie de lire la suite ! Et aussi pour les couvertures sublimes *__*
 
Ma note : :star::star::star::star::star:

mardi 10 juillet 2018

Chronique : La Magie de Paris T1 : le coeur et le sabre


Olivier Gay
Castelmore
Young Adult, fantastique
14,90 €
319 pages


J'ai acheté ce roman lors des dernières Imaginales afin d'avoir une dédicace de l'auteur et de pouvoir en discuter avec lui. Un mois après, je regrettais amèrement de ne pas avoir cédé en achetant la trilogie entière ! 

J'ai commencé à lire avec le souvenir encore fugace de notre duo Manon/Alexandre du Noir est ma Couleur (foncez la lire !). J'avais un peu peur justement que leur alchimie géniale ne vienne hanter ma lecture. J'ai vite été rassurée car les nouveaux sont tout aussi géniaux. Ici, le couple est inversé : c'est Thomas qui baigne dans la magie et c'est Chloé la sportive. Pour autant ce n'est pas juste un collage transposé (merci Excel !) par rapport à sa précédente série jeunesse. Les deux héros ont leur personnalité et leurs objectifs propres. Le pari est donc relevé. La magie est également différente, même si je préférais celle du spectre, celle-ci ne manque pas d'originalité et nous avons droit à des démonstrations de puissance crescendo.

De fait, j'ai beaucoup aimé Chloé, Thomas, David qui ont une bonne dynamique de groupe. Chloé m'a été d'emblée sympathique. Je n'ai jamais fait d'escrime de ma vie ni de sport de manière intensive de la sorte et pourtant je me suis très vite identifiée à elle. Elle est loin des clichés, notamment avec son physique, imparfait à ses yeux d'adolescente. Néanmoins elle fait preuve d'une détermination à toute épreuve et d'un grand courage, à l'image de Manon. C'est pour ça que je l'ai autant apprécié. Même dans ses failles (elle cherche à tout prix à se faire aimer de tous), je l'ai trouvé crédible et touchante. 

Thomas est très attachant, avec un humour comme j'aime et une sensibilité rare. Le lien qu'il partage avec Chloé, qui est devenue son Chevalier, est très intriguant et nous permet de mieux partager leurs émotions à tous les deux, sans qu'on ait besoin de changer de narrateur. C'est tout autant immersif et intimiste. Il ne paye pas de mine comme ça, le Thomas, mais il est très intéressant comme personnage. Leur complicité naissante fait plaisir à voir. Mais, ne nous trompons pas : je suis pour la team #David à fond ! Il ne dit pas grand-chose, et c'est rarement sympa, mais il en impose le David et il a un bon fond, ça se ressent. On a envie, au même titre de l'héroïne, de lui montrer ce qu'on vaut. J'ai donc hâte de voir comment leur petit trio va évoluer.

J'ai apprécié également le contraste entre des scènes surréalistes de magie et la vie normale que Chloé doit gérer avec ses amies (un peu envahissantes à mon goût de personne peu sociable) et sa mère. J'ai d'ailleurs aimé le fait que la famille de Chloé est imparfaite également,un reflet de notre société actuelle qui ancre encore plus le récit dans le réel... magie mise à part.

Enfin, les révélations finales sont... complètement inattendues et m'ont laissée sur les fesses pour rester polie. Et pourtant, tout était cohérent. Chapeau bas, Olivier ! Je garde des réserves en ce qui concerne les méchants, alias les Goules pour voir si cela ça ne fait pas comme avec les mages noirs du  Noir est ma Couleur. Car ici aussi, tout n'est pas si blanc ou si noir et c'est ce que j'apprécie beaucoup dans tous les récits de cet auteur.

En résumé, action, humour, amitié et plus si affinités créent un cocktail parfait qu'Olivier Gay maîtrise à la perfection. C'est un très bon premier tome... dont la fin m'a obligé à acheter en urgence les deux tomes suivants ! 

Ma note : :star::star::star::star::star: